Je suis Alex Lauzon

20/08/2017
à 19h59

De Verdun au parc national Mégantic
en revenant par Sutton: Balade #43

Hier, j'ai installé un contrôle de vitesse sur Rutilante. Allons tester la patente. Départ de Verdun vers 8h. On quitte par la 10 afin de se rendre plus rapidement. Sur l'autoroute, je teste le contrôle. Ça fonctionne bien mais il ne garde pas une vitesse constante. On perd environ 1 km à tous les 10 secondes. Pas pratique. Rendu à Granby, je m'arrête pour une petite halte et je sors les outils (2 clés Allen) pour augmenter la tension sur l'anneau. On repart et ça fonctionne beaucoup mieux. On perd encore un peu de vitesse mais beaucoup moins qu'avant. On va l'avoir!

J'arrive au parc du mont Mégantic, je fais une superbe randonnée sur le sentier des escarpements. Environ 2 heures de belle montée dans la montagne. C'est, de loin, ma plus randonnée cette année. Rendu au sommet, la vue est splendide, je prends un très rare selfie, la tête dans les nuages, dos au vide sous mes pieds. J'ai apporté mon diner avec moi alors bouffons sur place. Y'a pire comme table à pique-nique. Salade de tomates du jardin avec menthe, basilic, ciboulette, toutes du jardin aussi. J'ai ajouté quelques rattes cuites, du couscous israélien, du feta grec, du melon d'eau jaune, des olives vertes et des oeufs d'esturgeon (bin oui toi, y'en avait dans l'frigo, faque...) de l'huile d'olive, une réduction maison de vinaigre balsamique, sel et poivre. Bin bon. Je redescends.

Avant de repartir, je serre encore un peu l'anneau du contrôle de vitesse et on repart. Direction Sutton pour une pinte à la microbrasserie À l’abordage. En roulant, je teste le contrôle de vitesse, ça marche pile-poil là. Yé! Sauf qu'à force de jouer avec, je semble avoir trop forcé et il n'est plus aussi solidement fixé qu'au départ. C'est que Rutilante vibre pas mal quand même alors tout ce qui n'est pas solidement fixé fini par se relâcher. Oh well. Je vais y regarder au prochain arrêt.

Superbe route entre le parc et Sutton (chemin complet ici). À part seulement le moment au centre-ville de Magog. J'aurais dû passer ailleurs. Ça roule à la vitesse d'une tortue. Je sais bien que c'est elle qui arrive avant tout le monde mais quand même...

À l’abordage, je prends une pinte de Pagaille, leur IPA du moment. C'est vraiment très bon. La couleur surprend un peu, on dirait une blanche. Mais dans la bouche, impossible de se tromper: y'a du IBU là-dedans! J'en aurais bien pris une 2e mais ça sera pour une autre fois.

Une fois à côté de Rutilante, j'inspecte mon contrôle de vitesse. C'est la fixation à gauche qui s'est relâchée. Je sors tous les outils pour me gosser ça. Sur la principale à Sutton, en plein après-midi, pourquoi pas? Je resserre la fixation, je resserre l'anneau car tout a bougé pendant l'opération. Je commence à trouver que ça demande pas mal de taponnage ce bidule... Je repars. Zut. Là, l'anneau est trop serré, la poignée de gaz ne revient pas d'elle-même. Pas très prudent ça. J'arrête sur le bord du chemin, je gosse avec le tout. À force de déplacer l'anneau, la bande de caoutchouc qui y est enroulée à l'intérieur me reste dans les mains. OK, suffit. J'enlève tout. Le fabricant fournit 3 bandes de caoutchouc avec trois épaisseurs différentes. À mon avis, je dois installer une bande de caoutchouc plus épaisse que celle que j'ai mis. J'ai pas mal joué avec ça hier et celle-ci semblait tenir mieux. Oh well. Là, tant pis. J'installerai tout ça un soir cette semaine.

La perfection, ça prend du temps, surtout vers la fin.

13/08/2017
à 14h11

Petit rien du tout de
bonheur vraiment simple #419

Ça fait plusieurs années que j'apporte mes pots au marché pour y mettre les petits fruits que j'achète tout l'été. Bin oui, là, c'est écolo pis blablabla mais c'est surtout pour ne pas en faire une compote pendant le transport en vélo. Je l'ai fait longtemps en allant au marché JT. Mais depuis 2 ans, je vais beaucoup plus souvent au marché Atwater car JT, ok, mais bon, de Verdun, ça fait beaucoup.

Depuis le début de la saison, la femme au kiosque où je vais (elle est productrice et non revendeuse) me donne un dollar de rabais pour le geste.

Je l'ai dit au début. C'est rien mais ça fait vraiment plaisir à chaque fois.

16/07/2017
à 17h25

De Verdun à St-Félicien en passant par
Tadoussac and back again: Balade #16

JOUR #1
Vendredi matin, je me lève tôt. J'ai relativement bien dormi mais chaque fois que je me suis réveillé dans la nuit, j'ai regardé l'heure pour voir si le matin arrivait. Oui, je suis fébrile. Et un peu anxieux, ou plutôt, avec des questions plein la tête. Vais-je aimer ça? Suis-je physiquement assez endurant? Quoi se dire dans sa tête quand on entend rien d'autre que le vent pendant des heures? Mettons que je pense à une chanson de Normand l'Amour, va-t-elle me rester en tête pour la journée? Devrais-je apporter mes écouteurs sans-fil et mettre de la musique ou la radio? Din foi que. Le but de ce périple est de tester un peu les limites. Je peux faire combien de km en une journée?

La veille, j'avais déjà tout préparé alors je suis prêt à partir assez rapidement. 9h00, je suis sur l'autoroute. J'ai décidé d'y aller léger pour débuter. Je sors d'abord du traffic et de la ville aussi rapidement que possible. Ça se fait bien. Je prends une pause à Louiseville vers 10h30.

Prochaine escale: Québec en passant par la 138 qui longe le St-Laurent.

Je prends des notes: la prochaine fois que je pense prendre la 138, j'évite cette route rendu à Trois-Rivières. C'est vraiment long et plate de traverser la ville. Aussi bien reprendre la 40 à Yamachiche, le temps de passer de l'autre coté de Trois-Rivières. J'apprends, j'apprends.

Une fois à Québec, je dine à la terrasse de la microbrasserie La Korrigane. Bonne bière, surtout la blanche aromatisée au thé du Labrador, c'est très bon. Pour le bedon, ça sera un fish & chips honnête avec frites malhonnêtes. Ça me déçoit à chaque fois. C'est si facile faire de bonnes frites. Je suis toujours un peu surpris quand un cuisinier en sert une version sans intérêt. Enfin, j'y passais pour la bière alors c'est ok.

Faire Québec / Baie Ste-Catherine (±220km, ±3 heures de moto) d'un seul coup en moto n'est pas une bonne idée. J'ai dû prendre une pause à La Malbaie car j'avais trop mal au popotin. Cela dit, la 138 après Baie St-Paul, c'est toute une chevauchée, quelle belle route et paysage. Rutilante se laisse mener dans chaque courbe avec facilité. Tranquillement, je commence à la connaitre et je la couche toujours un peu plus dans les virages. On a du plaisir. Elle répond vraiment bien à la sortie d'un virage.

Arrivée au motel à Baie Ste-Catherine. Souper au restaurant adjacent avec un club sandwich au homard avec pas de bacon dedans. Un club, c'est toujours avec du bacon, non?! Enfin, pas grave, c'était bon quand même. Dodo au son des camions / voitures qui passent sur la 138, peu importe l'heure du jour ou de la nuit ou du tôt matin. Oh well.

JOUR #2
En attendant le traversier pour Tadoussac, j'ai vu une petite baleine qui se promenait proche de nous, j'ai pris quelques photos. Juste derrière moi, un couple avec chacun leur moto, monsieur en KTM (genre Touring je ne sais trop), combinaison Alpine Star des pieds aux oreilles, madame en Harley, manteau, pantalons, casque avec collant HD. Full patchée quoi. Je souligne car le «clash» entre les deux est intéressant. Comment dire, naïvement, comme ça, on ne les imagine pas ensemble. Mais oui, on s'en fout. Sont bins. J'aime ça. On jase de tout et de rien pendant la traversée. La moto, c'est comme la cigarette, ça rapproche les gens et ça brise la glace facilement.

Je monte tranquillement la 172. Mon idée est d'aller faire une randonnée pédestre au fjord. À Sacré-Cœur, je prends le rang St-Georges pour tenter de joindre le parc. Damn. à ±5km de ma destination, la route est de la garnotte et du sable. Là, samedi matin, ça ne me dit pas de me claquer ça en moto. Ça se fait mais ça me tente pas. Je vire de bord et tente une 2e fois par le rang St-Joseph. Même chose rendu à ± 4,5km. Oh well. Tant pis pour le fjord. Je reviendrai en char. Je rebrousse chemin après avoir vu qu'il y a un parc national au Lac St-Jean: le parc de Pointe-Taillon. Je vais là! Je monte la superbe 172 et je me perds un peu... J'ai présumé que le parc avait 3 entrées (je me fiais à Plans sur mon téléphone). J'ai bien vu la signalisation pour les 2 entrées mais j'ai continué avant de comprendre que j'avais passé tout droit. Rendu là, tant pis, je ne tourne pas de bord. Allons prendre une pinte à Dolbeau alors...

J'arrive au Coureur du bois vers 14h mais ça ouvre à 15h. Pffff, m'a aller perdre mon temps au Tim d'abord. Retour vers 15h pour une pinte avant d'aller rejoindre ma «date»: Maxime est en vacances à St-Félicien avec sa fille. On se rejoint sur la terrasse arrière de la microbrasserie La Chouape. Belle et bonne bière, jasette en masse, assiette de nachos pour tout le monde et on se dit «À mardi» après avoir montré à Agathe la belle collection de papillons que Rutilante a accumulé sur son pare-brise depuis le départ. Dodo à l'ermitage Saint-Antoine.

JOUR #3
Ce matin, en arrivant à côté de Rutilante, je remarque que son pneu avant est en partie dégonflé. Oups. Je roule un peu tout croche jusqu'à un Sonic sur la 155. Le commis me dit que la pompe à air la plus proche est au Irving à Chambord, ±15 minutes de balade en retournant vers le nord. Pas le choix, impossible de me rendre à Montréal dans cette situation. En plus, il se met à pleuvoir semi-intense. La joie. En me rendant à Chambord, je me repasse les événements après La Chouape. J'ai roulé un peu rapidement sur un chemin de fer et je me souviens avoir entendu un bruit important en y passant. J'ai peut-être endommagé mon pneu. Damn. Je le gonfle et repart. La conduite est tellement différente et plus facile. C'est fou. Je roule jusqu'à La Tuque pour un déjeuner bien mérité. La pluie a cessé et la journée s'annonce belle. En retournant joindre Rutilante, je regarde son pneu avant et il semble ok. On part. Je prévoyais passer dans le parc de la Mauricie mais je décide de prendre le chemin le plus court pour revenir à la maison. Je ne vais pas tenter ma chance.

Je roule sur la 55 sud puis le 40 ouest et rendu à Berthierville, je sens bien que la direction fonctionne moins bien. J'arrête à une station d'essence pour remettre de l'air dans mon pneu... Je pense que la face doit m'avoir changé un peu quand j'ai vu le pneu. Il est presque à plat!!! Je pouvais bien trouver ça difficile de prendre les courbes sur l'autoroute. Je remet de l'air au maximum et je repars, un peu inquiet. Vais-je me rendre à la maison? Je roule sur la 40 puis la 15 sud et finalement, je joins le Petro-Canada près de chez moi, je remet un «plein» d'air à nouveau et je m'en vais chez moi. Je stationne Rutilante. Demain, j'irai faire un tour chez Moto Montréal pour voir si on répare ou si on change le pneu. Je dois dire que je suis heureux d'être à la maison. Rouler avec l'angoisse que son pneu avant éclate n'est pas mon activité préférée.

En vrac:

  • La 172, c'est absolument magnifique. Faut que je me trouve une partenaire. Elle va raffoler des vues sur le paysage pendant qu'on se balade.
  • Les bouchons d'oreilles, c'est vraiment pratique pour se préserver le tympan. Par contre ça permet de très bien connecter avec son acouphène intérieure...
  • la 155, c'est aussi absolument magnifique. Faut que je me trouve une partenaire. Elle va raffoler des vues sur le paysage pendant qu'on se balade. (oui, je sais, je radote. C'est mon carnet, ok?)
  • Je suis gentil homme, je salue systématiquement tous les motocyclistes que je croise, parfois même les gens en scooter, c'est tout dire. Ceux qui répondent le moins souvent sont les boomers en Canam et les bad boys en Harley. Si le gars est un vrai Hell's, ok. Sinon c'est juste un douchebag. Et les gars en moto sport répondent TOUT LE TEMPS. Je les adore.
  • J'ai fait environ 1200km en trois jours. Le plus que je peux faire en une séance en continu est environ 200km ou 2 heures et demi. Après, faut prendre une pause. À prendre en note si jamais je veux partir une semaine ou deux. Le plus que je semble pourvoir faire en une journée complète serait entre 500km et 750km si je pousse la note. 1000km si je fais de l'autoroute uniquement.
  • Ça va très clairement me prendre un «cruise control» comme celui-ci.

02/07/2017
à 19h10

Balade à moto #45: Randonnée au
parc de la forêt Ouareau

Rutilante: Faudrait que tu bouges un peu Alex.
Moi: Bin là, j'ai mis 120km à mon vélo cette semaine. C'est pas mal non?
Rutilante: Pfff, du vélo en ville. C'est un peu platte. Faudrait que tu ailles prendre une marche dans un sentier boisé.
Moi: Ok, c'est vrai que c'est l'fun marcher dans le bois. Je vais aller sur le Mont-Royal.
Rutilante: Attends, je te donne le lift!
Moi: Hmmm. Tu sais bien où est la montagne hin?
Rutilante: Oui! Oui! Embarque!

Évidemment, on s'est rendu à Terrebonne afin de joindre la 125 et de monter jusqu'à Notre-Dame-de-la-Merci pour arriver au Parc régional de la forêt Ouareau. Belle petite balade de moins de 2 heures. Nous sommes rentré par le secteur du pont suspendu. J'ai marché environ 3,5km, en passant par le dit pont suspendu qui offre une superbe vue sur la rivière qu'il traverse, pour me rendre au lac Toussaint. Pause dans un calme complet, je n'ai même pas croisé personne en m'y rendant. Revenu au stationnement, j'ai pris mon sac à lunch et je me suis installé sur une table à pique-nique dans une clairière juste à coté.

Petite jassette moto avec le garde à l’entrée du parc et départ pour St-Donat. Pause essence. Direction Lachute pour une pause pinte d'IPA. La 329 est toujours aussi agréable comme route en moto. La 125 aussi était bien amusante.

Retour à la maison avec un léger détour par Oka où je me suis fait arrosé solide par deux fois, une première fois juste après St-André-D'Argenteuil. J'ai vu plusieurs motocyclistes carrément arrêter sur le bord du chemin mais le pare-brise de Rutilante me protège bien alors j'ai continué. La deuxième averse est arrivée juste un peu avant l'entrée sur la 640. Bah, c'est endurable. Faudra seulement que je me trouve des bottes imperméables.

Lien vers la carte de la balade

Billets récents

Vieux stock