Je suis Alex Lauzon

24/06/2019
à 22h10

24 juin 2019, Chicago
telle une fête nationale

Anecdote de voyage: en quittant Montréal, j'ai bien vu que les trois lumières frontales de Rutilante fonctionnent. J'ai pris une photo à Cape Vincent et on voit qu'elles sont toutes allumées. En arrivant à Niagara Falls, en collant une voiture à la lumière rouge, j'ai remarqué que je ne semblais plus avoir de lumière du côté droit. Ma petite lumière droite a dû bruler quelque part en chemin. Bof, pas grave. Y'en reste deux autres que je me dis. Sauf qu'en démarrant la moto ce matin, je vois bien que je n'ai plus que ma lumière principale qui soit allumée. Je ferme et ouvre l'interrupteur des lumières de côté, rien à faire. Les deux sont brulées. Bon. Une fois arrivé à Chicago, je verrai si je peux trouver un concessionnaire Triumph afin de voir si je peux en faire installer de nouvelles.

Je pars de Charlevoix tôt le matin. Rutilante a laissé un genre de «Rutilante was here» dans le stationnement du motel, le pied doit bien avoir enfoncé de plusieurs centimètres dans l'asphalte. Bin coudonc, je me demande bien ce qui se passe quand une moto s'y stationne en pleine canicule. Il fait à peine 13°C.

Je frappe une petite pluie mais rien de grave. Je roule plusieurs heures avant de m'arrêter chez Lefty's diner pour un déjeuner. Le café est infect. C'est terrible. Je suis certain que leur fournisseur est Tim Horton's. Je niaise, c'est encore plus mauvais que le café chez Tim. C'est dire.

Avant de partir, je regarde le radar météo et je vois que je vais rencontrer une belle bordée de pluie lorsque je serai prêt de la ville de Saint-Joseph. Sauf que ça passera rapidement, plus ou moins 1h30 avant que le soleil revienne. Je fouille un peu pour un endroit où je pourrais prendre une pause et au miracle, il y a une microbrasserie, Silver Harbor en plein à Saint-Joseph. Je repars en tournant un peu plus la poignée, avec un peu de chance, j'y serai avant l'orage.

Finalement, nope, pas vraiment, j'ai frappé la pluie bien comme il faut 6km avant la brasserie. Tant pis, j'ai continué quand même en roulant tranquillement. J'ai croisé quelques voitures arrêtées sur l'accotement. Les conducteurs devaient me trouver un peu fou, mais bon, en roulant à une vitesse raisonnable, c'est pas si pire. J'arrive à la microbrasserie, je prends une brune et une IPA servie dans une cloche hermétique dans laquelle ils injectent de la fumée. Ça donne un véritable goût de boucane à la bière, un peu comme ce que fait Tête d'allumette à la différence qu'eux font la bière sur un feu de bois dès le départ. La fumée apporte une touche bien amusante à la bière. Dehors, la pluie a cessé. Je repars.

L'arrivée en banlieue de Chicago se passe un peu mal. De un, la vue est plutôt apocalyptique avec des industries et des raffineries à perdre de vue et presque pas de véhicules. Je me sentais comme dans Mad Max. Ensuite, je pensais avoir précisé à mon app qui me sert de GPS de ne pas me faire passer par des postes de péages mais je vois à la dernière minute que je dois en passer. Je n'ai pas d'argent US sur moi. Nous sommes en 2019 et je refuse d'avoir à payer autrement qu'avec ma carte de crédit. Je passe à une ligne avec crédit justement, la carte passe, la barrière lève, hourra. Je continue et oh surprise, un deuxième poste de péage. Cette fois-ci, la carte n'est pas acceptée. Yé. Évidemment, il y a du monde derrière... Fuck it, je suis tanné. Ça me fout en maudit de voir que l'une des plus grandes puissances mondiales ait tant de difficulté à être compatible avec les cartes de crédits des autres pays. C'est la même chose quand je fais le plein. Ma carte ne passe jamais à la pompe (sauf dans l'état de NY, ça a fonctionné). Donc, pour le péage, j'imagine que je suis maintenant sur la liste des dix criminels les plus recherchés par le FBI, car j'ai un peu reculé puis je suis passé sur le côté sans payer. Au diable viarge!

L'entrée à Chicago ne se passe pas bien non plus. Je trouve que ça pue, que les routes sont compliquées à utiliser, je me perds deux fois malgré les indications du GPS. J'arrive finalement à ma chambre, dans le Chinatown. Enfin!

Ce soir, je fais facile pour le souper: un classique depuis 1956: Gene and Jude's. Le hot-dog double saucisses est plutôt rigolo et bon même si ici aussi, la saucisse est un peu coriace. Moins que Lafayette et American Coney Island, mais tout de même. Plus qu'une bonne vieille Hygrade.

Revenir de Gene and Jude's par l'autoroute 290 au coucher du soleil offre une vue spectaculaire sur le centre-ville et sur d'immenses nuages d'un blanc immaculé en arrière-plan. Ça doit être le lac Michigan qui permet la formation de nuages aussi gros et aussi bas en altitude. Je ne me souviens pas avoir vu de tels nuages à Montréal. En tout cas, c'est bin beau et ça me réconcilie un peu avec Chicago. Pour le moment.

Je retourne à la chambre pour un p'tit dodo bien mérité.

Billets récents

Vieux stock