Je suis Alex Lauzon

07/04/2006
à 23h08

La guerre des oreillers

La température n'était pas au rendez-vous mais malgré tout, les chevaliers et dames de l'oreiller masquée ne se sont pas laissé décourager pour si peu. J'avoue qu'à 18h55 je commençais à vraiment douter que des gens se pointeraient le bout de la taie pour une bagarre amicale entre Montréalais.

Finalement, des téméraires ont débuté les hostilités et les cris se sont rapidement mêlés aux rires. Après Londres, San Francisco, Milan, Tel Aviv, Madrid, Budapest, New-York et Toronto (Je ne sais pas si Paris a eu droit à son «Pillow Fight Club» mais les Beatles se sont déjà tapé dessus dans un hôtel parisien.), voici que Montréal a retrouvé son coeur d'enfant pour une demi-heure. Je m'attendais à voir quelqu'un pousser l'audace en arrivant en pyjama mais nous avons plutôt eu droit à un singe en furie armé de deux taies. J'aurais bien aimé le prendre en photo mais la batterie de mon appareil a flanché avant que l'événement ne soit terminé.

Comme à tout bon événement underground qui se respecte, j'ai croisé quelques bloggeurs. MartineEdFrançois (qui a publié un vidéo), StephanieSerge ainsi que le seul et unique Fred Rappaz. Celui-là même qui m'a remis l'oreiller la plus petite que j'ai vu de toute ma vie. Tu t'es vraiment battu avec ça, Fred? Dans la catégorie «arme non-contondante pour événement inoffensif», elle doit se classer dans la section des dagues ou des canifs. Ça prend vraiment de la bravoure pour sauter dans la mélée équipé comme ça. Même moi, écuyer de la taie d'or, je n'ai pas osé remettre mon titre en jeu.

J'ai pris plusieurs photos mais beaucoup d'entre elles sont trop foncées. Un jour, je le lirai le manuel d'utilisation de mon appareil. Promis.

Billets récents

Vieux stock