Je suis Alex Lauzon

06 janvier 2007
à 18h20

Une avenue renommée désir

Un samedi après-midi. Début décembre, presque la moitié en fait. Mettons au quart de décembre. Ça devrait faire l'affaire.

Paul est à la SAQ. Il n'y a pas beaucoup de monde. Un monsieur l'aborde en lui demandant «Je désire acheter des vins d'Australie, vous savez où ils sont?»

«L'Australie? Oui, bien sûr, c'est comme sur une carte géographique. Au bout complètement à droite.»

***

Plus tôt dans la semaine, Paul a fait son sapin de Noël avec deux anges qui sont venus l'aider bien gentiment. Il est vraiment très beau. Pour un premier sapin de Noël, C'est pas mal. Il n'en n'avait jamais fait chez lui avant cette année. Des boules en verre soufflé, du vert, du bleu, du rouge. De la lumière blanche. C'est beau. Ça sent bon.

Maintenant, Paul a un désir: laver le dos de sa blonde avec un savon fait à Kandahar par des femmes musulmanes. Lui laver le dos avec l'espoir d'un jour meilleur pour ces femmes. De l'espoir en barre. L'odeur de la gomme qui suinte du sapin mélangée avec le parfum de sa peau. C'est ce à quoi Paul pense en regardant sa blonde prendre son bain. Elle se cache sous les bulles. Elle et lui parlent de tout et de rien. De la complicité en barre. Les plus belles conversations entre eux ont eu lieu dans la salle de bain. Alors qu'elle était nue dans l'eau et lui assis sur la cuvette.

*** 
Trois jours que la tête m'élance. Trois jours que le coeur se prend pour un moteur de F1. Trois jours à attendre ma résurrection. Je ne suis pas le Christ, un samedi soir avant Pâques. Jeudi, j'angoisse. Vendredi, je me dis que je ne verrai pas le jour prochain. Samedi, je suis seul sans aucun apôtre. Je commence à comprendre pourquoi Judas a trahi. Il n'en pouvait plus d'attendre l'appel de son messie.

Dimanche, c'est loin.

Dimanche, c'est le jour du Seigneur. J'espère qu'elle est pieuse. Je désire charnellement lui faire dire, lui faire crier «Oh God! oh God! Oooh Gooood!» (en français «Ah Dieu! Ah Dieu! Aaah c'est boonnnn!!»).

*** 
Il fait froid. Le vent souffle fort sur les braves qui ne prennent pas un taxi la nuit venue. Qui a dit que les Québécois n'assument pas leur géographie?

Sous son manteau gris, il porte un jeans tout neuf et un col roulé. Elle porte une robe fleurie comme l'été, un manteau vert et un foulard arc-en-ciel. Deux martinis dans une taverne remplie de bières. Elle est magnifique. une force de la nature. Les femmes du film Volver, elle se les envoie derrière le noeud papillon en déjeunant le matin. Lui, il la désire. C'est certain. Elle, non. Et c'est très bien ainsi.

*** 
Je suis célibataire de corps mais mari de coeur. C'est ce que je désire. Je t'épouserai de coeur et de corps. La bague au doigt, l'orchidée au colet, les anges sur terre, pourquoi la vie, parce que la mort.

*** 
Ils se dirigent vers le restaurant. En voyant une marche, il lui propose qu'elle y monte afin d'être à sa hauteur.

«J'ai envie de t'embrasser sans que tu te fasses un torticolis.»

Elle répond: «J'aime bien l'idée d'être à ta hauteur, mon Yéti.»

C'est qu'il a les cheveux blancs. La barbe blanche. Et du poil sur tout le corps. Il bétéhute comme en été même au mois de janvier.

Ils s'embrassent longuement. Égal en hauteur comme en amour. «Tu ne sais pas combien je t'aime.» «Si tu m'aimes comme je t'aime, je le sais

Une femme âgée passe devant eux, s'arrête et les observe. Lorsqu'ils l'aperçoivent, elle se met à applaudir, le sourire radieux «C'est beau l'amour. N'arrêtez jamais de vous embrasser ainsi et vous serez toujours ensemble. Mon Jean-Paul, il faisait toujours la même chose sur le perron de l'église. Je l'aime et le désire toujours même s'il est mort depuis 30 ans maintenant.»

*** 
Paul a fait son budget pour 2007. Un seul désir: éliminer les dettes. Il paye beaucoup trop d'intérêts. En fait, il n'y porte pas assez d'intérêt à son argent. Voilà pourquoi c'est un vrai capharnaüm dans ses finances. Il a tous les outils en main pour atteindre cet objectif. En fait, il sait comment y arriver. Suffit de regarder son budget aussi souvent qu'il consulte les statistiques de visites de son carnet. Le narcissisme, ça peut s'appliquer aux finances personnelles aussi.

***

Je suis en amour. Je suis aimé. Être maire de la ville, je renommerais cette avenue. Elle se nommerait Désir.

Aucun commentaire Les commentaires sont fermés pour ce billet.

Aucun code HTML n’est permis dans les commentaires.

Précisions à propos du système de commentaires:

Votre commentaire sera publié dès que vous aurez cliqué sur le lien contenu dans le message de confirmation qui vous sera acheminé à l'adresse courriel fournie.

Réseaux sociaux

Me joindre

Billets récents

Vieux stock