Je suis Alex Lauzon

31/08/2017
à 22h22

Montréal, 31 août 2017, en croisade
pour la Cabot Trail, première partie

C'est Facebook qui m'a donné l'idée d'aller faire un tour en Nouvelle-Écosse. À l'origine, je prévoyais une longue balade en Gaspésie / Iles-de-la-Madeleine pendant le mois d'août. Le rocher Percé, les guédilles de homard, le lever du soleil sur une plage après une nuit blanche (Si, si, j'en suis encore facilement capable, faut juste trouver une personne avec qui j'ai envie de la passer, voilà tout), mais quelque part en juillet, FB m'a montré une publicité de la mythique route 60-minutes-plus-tard-dans-les-maritimes: La Cabot Trail et j'en ai été chaviré. Cabot Trail pendant la longue fête de semaine de la Fête du travail, ça sera!

5 jours de moto, de Verdun jusqu'à Fredericton la première journée, 2e journée, j'atteins le début de la Trail, samedi matin je la fais puis je remonte plus au nord. 4e journée, je chatouille la Gaspésie en passant par son parc national puis Sainte-Anne-des-Monts, arrêt à Rivière-du-Loup ou une ville proche. 5e jour, retour à la maison par la 132.

6h00

Départ un peu humide. Il est tombé quelques gouttes cette nuit. J'ai mon équipement imperméable avec moi mais je décide de ne pas le mettre, après tout le ciel semble vouloir se mettre de bonne humeur. Je décolle. Rendu près de Sherbrooke, il pleut un peu et la chaussée est trempée depuis plusieurs kilomètres déjà. Le pneu avant de Rutilante a la fâcheuse habitude de se prendre pour une fontaine et me mouille les tibias. À force de recevoir de l'eau sur mes jambes, ça s'accumule dans mes bas puis mes bottes (qui ne sont pas imperméables... Ça vient de monter très haut dans la liste des prochains achats). J'arrête mettre de l'essence et de nouveaux bas secs. Je passe la douane sans trop de blablabla avec les douaniers américains (il y en a un qui fait du PHP comme hobby alors on en parle un peu) et je m'arrête au premier commerce que je vois, tout de suite après la douane. Faut que je change mes bas encore, mais aussi que j'enfile mes pantalons imperméables. C'est un peu ridicule mon affaire, je suis trempé de fond en comble. Chaque pas me laisse entendre mes bottes éjecter de l'eau sur le plancher du commerce. Héhé. Une chance qu'il ne fait pas trop froid. En virant mes bottes, il y a un bon 100ml d'eau qui tombe par terre. Hep. Je repars.

11h00

J'arrête à une halte près de l'eau pour prendre une photo de Rutilante (qui n'a jamais été aussi sale qu'aujourd'hui), enlever mes pantalons imperméables et remettre encore une fois une paire de bas. La température est belle, c'est nuageux mais le soleil me réchauffe. Cette première partie dans le Maine a été très amusante. Il n'y a personne sur les routes et les courbes sont belles. J'ai du fun.

14h00

J'arrive au chic (...) Trapier’s Steak and Seafood pour diner. Je prends des pickles frits (eurk.) et un burger au bleu. Ça me surprendra toujours comment autant de restaurants américains peuvent rater ce plat si populaire dans ce pays. Oh well. Allons rejoindre la douane canadienne. Ça se passe bien, le douanier me dit de garder mon casque et ne fouille pas mes sacoches comme les 3 douaniers américains l'ont fait.

17h00

Arrivée au Picaroons à Frédéricton juste à temps pour le #beeroclock. C'est une microbrasserie qui sert aussi un peu de nourriture mais bon, on vient ici pour la bière hin. Excellente IPA, je repars aussi avec Looger et une rousse, pour la route. Meuuuuh non... Pour la chambre, pendant que je rédige ce billet, voyons! Justement, voilà, je suis à l'hôtel, près pour le dodo. Rutilante poussera son premier vrouum tôt demain matin alors aussi bien me reposer.

J'ai appris:
- Je pense avoir compris comment fonctionne le Go Pro session 5 que je me suis installé. On dirait qu'il bascule toujours en mode video même quand je le mets en mode timelapse. En fait, si je comprends bien, il ne se souvient pas de ma dernière configuration. Ça va tellement de soi comme fonctionnalité que j'ai longtemps pensé que ça devait être le cas. Bin non. Cela dit, j'aime bien enregistrer une vidéo avec son. C'est cool d'entendre le moteur sans avoir mon casque.

- Le contrôleur de vitesse pour une balade comme je fais en ce moment, c'est primordial. C'est tellement l'fun de le mettre sur l'autoroute, les lignes droites (et même les courbes faciles, ça fonctionne vraiment bien). Il perd encore un peu de vitesse avec le temps mais c'est minime. Si je sers davantage la pression, la poignée ne revient pas d'elle-même alors c'est moins sécuritaire. Faut faire avec.

Billets récents

Vieux stock