Je suis Alex Lauzon

06/11/2017
à 20h04

6 novembre 2017, Montréal en campagne

Début 2012, Pierre Lampron, de Vision Montréal (Louise Harel) annonce sa démission à mi-mandat. Lisant la nouvelle, je vais sur le site de Projet Montréal, je trouve le numéro de téléphone et j'appelle.

- «Je voudrais être candidat pour remplacer M. Lampron.»
- «Héhé. Prenez un numéro Monsieur, vous n’êtes pas le seul à faire la file.»
- «Aah. Bon. Zut. :-/»
- «Par contre, il y a une réunion des membres de l'association locale ce soir, venez.»

C'est ainsi que je suis devenu membre de Projet Montréal. Par la suite, évidemment, ce n'est pas moi qui s'est présenté dans le Vieux-Rosemont pour remplacer M. Lampron. J'ai donné un modeste coup de main à la campagne lors de l'élection partielle. J'ai par la suite donné à nouveau un coup de main lors de la campagne 2013.

Au mois d'août 2017, à la dernière minute comme d'habitude, je me propose à nouveau comme candidat, offrant ma grosse face pour aller faire le poteau quelque part, si le parti avait encore des places disponibles. Heureux coup du destin, il y a une place dans LaSalle, juste à côté de chez moi. J'embarque dans l'aventure.

Ce fût une belle balade. Un peu longue parfois mais j'en garde de précieuses notes. J'ai rencontré des gens que j'espère côtoyer à nouveau aussi souvent que possible. J'ai participé humblement à l'élection de Valérie Plante et j'en suis vraiment fier. Juste pour ce point, je suis extrêmement heureux. Le reste n'a pas vraiment d'importance. Je me souviens qu'on me disaient en août, en septembre «Mais là, vous le savez que Coderre va rentrer à nouveau hin?» Je répondais à chaque fois: «J'ai espoir que Valérie gagnera. Regardez-la bien aller!»

Et paf! Valérie est mairesse. Je le dis à nouveau: regardez-la bien aller. Il y a une série de nouvelles personnes qui feront leur entrée à l'hôtel de ville. Elles sont remplies d'énergie, d'authenticité et du profond désir de servir les montréalaises et montréalais. J'ai déjà vraiment hâte à la suite!

Ce que j'ai appris:
- Faire du financement, c'est un exercice difficile. Ce n'est pas naturel pour moi de demander ce genre d'aide à mes amis.
- Faire du porte-à-porte, c'est vraiment l'fun. J'adore ça. J'ai un réel plaisir à aller à la rencontre des gens «un à un». Davantage que d'aller serrer des mains sur le bord du IGA, mettons. Ça demeure superficiel et je suis moins à l'aise. Cela dit, faudrait que je m'habitue.
- Faire campagne avec des inconnus n'est pas l'idée du siècle. Nous avons mis trop de temps à nous connaitre, nous apprécier et voir les forces de chacun. Prochaine fois, on monte l'équipe plus rapidement et on apprend à bien se connaitre chacun dès que possible et plusieurs mois avant la campagne. Ça va permettre de tisser des liens plus solides entre chacun. La complicité s'est installé mais pas avec tout le monde et ce vide nous a causé quelques pépins qui auraient pu être facilement évités.
- Une campagne, c'est long. Très long. Je comprends maintenant l'énergie que je dois y mettre pour en sortir gagnant.
- On doit dès que possible se monter une banque de bénévoles / militants pour les prochaines élections.
- Je dois utiliser davantage les médias sociaux. Bizarrement, moi qui ait une présence numérique depuis ± 15 ans, j'ai passablement bloqué côté selfies et companie pendant la campagne.  Ce n'est pas comme si je ne connaissais pas le mode d'emploi en plus... Mais bon, j'aurai le temps de réfléchir à une stratégie pour 2021.

Ce que j'ai atteint comme objectifs:
- Malgré que je ne trouve pas facile de faire du financement, je suis fier d'être le candidat de LaSalle qui a récolté le plus de financement (et de loin en plus).
- Malgré une longue pause de deux semaines à cause du travail, je suis arrivé 3e pour le porte-à-porte effectué.
- Je suis 3e aussi pour le nombre de votes absolus pour les candidats de Projet Montréal. Je suis convaincu que ce résultat est directement lié au porte-à-porte. Leçon: le porte-à-porte est vraiment clairement la meilleure façon de remporter une élection. J'ai pris une grosse note ici. Le «travail de terrain» prend tout son sens.
- En début de campagne, j'ai dit que j'avais 2 objectifs: Me faire élire et sinon, améliorer le nombre de votes pour PM par rapport à 2013. Mission accomplie: Projet Montréal a obtenu 3 243 votes versus 1 213 votes en 2013 pour le poste que je briguai. Pas mal.

En terminant, j'aimerais remercier tous les bénévoles, tous les gens de la permanence de Projet Montréal qui nous ont aidés comme des fous, nos deux directrices de campagne, Vicky Michaud et Mélanie Hotchkiss, tous les candidats PM dans LaSalle avec une mention spéciale à Kathy Landry et Roxanne Gendron. Je suis très heureux d'avoir fait campagne avec elles. Leur engagement m'a souvent inspiré et tiré vers le haut. Chapeau bien bas. Et bien sûr, un immense merci à Valérie Plante. En décembre 2016, tu as eu mon vote lors de la course à la chefferie lorsque tu as proposé la ligne rose. Je te souhaite d'être mairesse de Montréal pendant très longtemps!

Billets récents

Vieux stock