Je suis Alex Lauzon

18/10/2015
à 18h40

18 octobre 2015, Jakarta
kiri kanan lurus

Ce matin, j'ai encore une fois changé de chambre (ça fait 3 fois que je me promène (la 826, la 801 et la 624) car nous ne sommes pas arrivé à me trouver une chambre libre pour 2 semaines lorsque je suis parti. Hep. Mais cette fois-ci, j'ai droit à une belle promotion. Je suis à l'extérieur, derrière l'hôtel, dans une petite maison, mettons quelque chose comme un 2 pièces. C'est plutôt chic si on ne regarde pas les petites moissisures dans les cadres de porte et les coins de mur. Chirie capoterait full pine.

Parlant propeté, je ne sais pas avec quoi ou comment on se lave dans cet hôtel mais sur 4 chambres, une seule avait des débarbouillettes. M'en fous un peu, je prends la plus petite serviette pour me frotter. Pitchez-moi dans la jungle pour voir, m'a me torchez le péteux avec des plumes de cacatoès (le nom est d'adon, toutte est toutte!) pis me décrotter les oreilles avec une queue de scorpion. J'vas m'en passer de vos débarbouillettes.

Côté travail, la personne qui vient prendre le relais de l'équipe allemande arrive ce mercredi. À notre avis, il va avoir bien de la broue dans le toupet car il semble rester encore bien du travail de leur côté. On parle déjà que je reste jusqu'à ce qu'ils terminent... Oui, c'est cela oui... Je resterais bien si c'est une semaine de plus mais je ne peux pas. Je prends un médicament pour contrôler ma pression altérielle et j'en ai pour jusqu'au 2 novembre. Pas le choix de revenir à Montréal pour renouveler ma prescription. Hon, s'tu platte hin. J'ai tenté de téter des peppermints pour baisser ma pression mais sans succès. Alors faut que je revienne.

Je ne pensais jamais dire ça un jour mais je suis vraiment tanné de manger au restaurant. Une chance qu'il y a le déjeuner de l'hôtel qui me permet de goûter à toutes de sortes de plats en petite portion. Tu viens à Jakarta? Va à l'hôtel Aryaduta Imperial. Déjeuner bin l'fun. Y'a des trucs poches, c'est certain. Mais dans le lot, y'a plusieurs bons plats.

Hier, on est allé à 3 dans un restaurant coréen où on fait cuire sa bouffe dans un trou au milieu de la table. On a ri comme des débiles. Comme on doit avoir posé trop de questions, la serveuse est resté à côté de nous et a fait cuire la grande majorité de notre bouffe à notre place. J'imagine que la gérante avait peur qu'on foutte le feu à la place.

C'est impressionnant comment les gens sont gentils ici. Je sais, je radote. Impossible de ne pas le remarquer. Tout le monde (même les passants, là, faut dire qu'un grô à barbe, ils voient pas ça souvent j'imagine) me sourit tout le temps, me souhaite bonne journée («Mo'ning!) ou bonne soirée ('vening!). C'est presque rendu que mon café est déjà prêt quand je rentre au Starbuck's wannabe.

Depuis jeudi dernier, on a changé notre horaire. On travaille maintenant pendant la journée car on rencontre souvent le client et bon, je ne pense pas que ça leur tente bin bin de venir s'amuser avec nous dans le cinéma à 4h du matin (pourtant, on a du fun noir. C'est juste platte qu'ils vident et nettoient tout le temps la machine à fuff corn avant de partir. Ça donne le goût d'en manger car ça sent non-stop le faux beurre). Le changement d'horaire m'a fucké le décalage bien comme il faut. Je n'avais pas eu trop de misère lors de l'arrivée (j'ai dormi 10 heures en ligne et ça s'est placée tout seul). Là, j'ai eu de la misère à pogner le beat (image d'Alex qui dance comme un 2 x 4 en tentant de suivre l'horaire, ça aide à se faire une idée?) en maudit. Plusieurs journées de 3 heures de dodo, même hier, j'ai dormi à peine 6 heures. Là, je finis ce billet puis je vais me coucher même s'il ne sera pas 19h00. Je me fais des White Russians à 275 000$ le verre depuis 15h (J'aime ça faire ma Michelle Blanc et flasher des gros prix). Si si. Ça devrait aider à assommer le bucheron. La vodka a coûté 1,4 million$. Le Kahlua a coûté 900 000$ et la crème, bin la crème a presque rien coûté. Genre 11 000$ ou un truc du genre. Mais elle est grasse à l'os alors ça fait les meilleurs white russians ever. Ça me fait penser: le lait au brunch de l'hôtel est plein gras aussi (si tu veux, y'a du «skim milk» aussi mais ça, c'est pour ceux qui veulent vivre vieux en ayant une vie platte. Enfin). Dieu que c'est bon. Un grand verre à tous les matins derrière la cravate. Ça démarre la journée bien comme il faut en te bouchant les artères adéquatement. Fuck le jus de kiwi. Bof, tsé, on aura toujours le temps de les débloquer une fois à l'hospice.

Comme épitaphe: Il fut Alex Lauzon et but son lait bien gras.

En vrac de ce billet en vrac:
- Dans chaque chambre, il y a une balance alors pour le plaisir de la chose, je me pèse à chaque matin. La balance de la 3e chambre que j'ai eu, pour une journée seulement, m'a rétréci de 10 kilos. Je lui ai dit merci pour le compliment. Maudite menteuse. J'ai perdu 1 kilo au maximum. La crème aidera sûrement à le retrouver.

- Ici, le #flushgate, il est juste un peu après la courbe qui mène à une grande terrasse de restaurants. Juste avant d'y arriver, ça sent toujours intensément les égoûts, peu importe le moment de la journée. J'ai tu dis intense? Oui monsieur, intense pour vrai. Au début, on fait «woooohh, ça sent le caca hin.», puis on en revient, c'est quand même pas le Pérou (façon de parler, je sais pas si le Pérou sent fort). Pis là, quand ça fait deux semaines que tu passes 2 fois / jour, tu finis par trouver ça plutôt dégeulasse. Calvince qu'on pue quand même.

Billets récents

Vieux stock